Edito

« C’est un projet d’agriculture urbaine, d’expérimentation technique et sociale. »

Audrey Debonnel« J’habite mon jardin » est l’organisation sociale et expérimentale créée pour le projet des jardins perchés.

Elle intègre à la fois :
• un espace test pour intégrer le maraîcher et lui permettre de vivre de l’exploitation du site à terme ;
• une association pour le lien entre les habitants et le maraîcher ;
• un lieu de ressources pour la formation, l’animation et la recherche.

« J’habite mon jardin », c’est développer la multifonctionnalité urbaine des jardins perchés. « C’est un projet d’agriculture urbaine, d’expérimentation technique et sociale»..

Audrey Debonnel
Cheffe de projet J’habite mon jardin

« Les Jardins Perchés : un modèle unique et reproductible. »

mme-schalkPremière initiative économiquement viable ayant pour ambition de réintégrer de petites exploitations agricoles en milieu urbain.
A l’heure où l’on réinvente les modèles économiques, nous avons imaginé une solution alternative. Des serres sur le toit d’un immeuble d’habitat social et un jardin en pied d’immeuble exploité par un maraicher professionnel intégrant le modèle de microferme.
Au delà du lien social et des gestes «éco-vertueux» que l’on peut facilement imaginer avec les futurs habitants, notre ambition est d’offrir une activité professionnelle agricole en milieu urbain. C’est également l’opportunité de redonner une place au végétal consommable en ville.
L’enjeu essentiel du projet est sa reproductibilité. Nous avons imaginé un projet économiquement viable dans l’ambition de le transmettre et de permettre de le déployer dans d’autres villes ou agglomérations.
Les Jardins Perchés sont un prototype «libre de droit». Ils ont pour objectif d’offrir un nouveau modèle d’habitat et d’économie en mettant à l’honneur le végétal en ville. Projet qui ne demande qu’à être essaimé pour vivre ensemble dans un environnement désirable, social et nourricier.

Alexandra Schalk-Petitot
Adjointe au logement et aux affaires sociales
Vice-Présidente de Tour(s)Habitat

« S’engager dans un projet comme «les Jardins Perchés» soulève au moins deux questions que l’on doit se poser en toute responsabilité. »

gregoire_simonA quel coût ?
Trop souvent, le monde HLM a porté l’innovation au détriment des aspects économiques. Ce n’est pas le cas ici.
A l’investissement : l’idée de ce projet est de faire en sorte que le surcoût associé soit acceptable. Les Jardins Perchés sont situés dans la moyenne de nos coûts de production habituels.
Au fonctionnement : nos locataires verront logiquement leurs charges diminuer puisque les espaces verts seront entretenus de fait par l’exploitant..

Que faire en cas d’échec ?
Notre métier est de bâtir et gérer des logements locatifs sociaux. L’échec éventuel du maraichage a été considéré comme une possibilité ne devant pas venir empêcher le fonctionnement de la résidence. Nous avons donc pris le parti d’une conception architecturale simple, distinguant parfaitement les fonctions (maraichage et logements), afin que cette installation soit réversible (démontage…) ou convertible (atelier d’artiste ? Restauration en terrasse ?…).

Grégoire Simon
Directeur Général de Tour(s)Habitat